César 2021 : les exploitants plébiscitent « Adieu les cons »

Il y a 2 mois
Du 16 février au 5 mars 2021, Écran total, en partenariat avec CinemaNext, a une nouvelle fois sollicité 2 321 exploitants qui ont pu exprimer leurs coups de cœur pour les films et artistes nommés à la 46ème Cérémonie des César.
cesar exploitants 2021

Alors qu’il ne reste plus que quelques jours avant le verdict des membres de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, les exploitants ont d’ores et déjà fait savoir quelles étaient leurs préférences pour les films nommés aux César. Bien que les cinémas soient fermés depuis des mois, les directeurs de salles ont prouvé qu’ils restaient à l’affut de l’actualité cinématographique et ont largement participé à notre traditionnel « César des exploitants ».

Au terme de trois semaines de vote, c’est incontestablement le film burlesque et émouvant Adieu les cons qui ressort comme le grand gagnant. Le long métrage d’Albert Dupontel est récompensé à quatre reprises. Notamment dans les prestigieuses catégories du meilleur film, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario.

Par ailleurs, bien que les Festival de Cannes n’ait pu se dérouler comme à l’accoutumée en mai dernier, plusieurs longs métrages labellisés « Cannes 2020 » par Thierry Frémaux et ses équipes ont une place de choix dans ce palmarès.

Ainsi, la prestation de Laura Calamy dans Antoinette dans les Cévennes est très largement plébiscitée en recueillant plus de la moitié des suffrages exprimés (51%). La comédie de Caroline Vignal remporte également, de justesse, le prix de la meilleure photographie devant Adieu les cons (22% contre 21%). Le prix du meilleur acteur revient quant à lui à Sami Bouajila pour son rôle dans Un Fils.

Nommé à treize reprises, le nouveau long métrage d’Emmanuel Mouret, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait, voit Émilie Dequenne et Vincent Macaigne s’imposer en tant que meilleur second rôle féminin et masculin.

On note les succès de deux autres films cannois : Drunk et Josep. Le film de Thomas Vinterberg s’impose à une écrasante majorité comme le meilleur film étranger (55% des suffrages). De son côté, le long métrage animé d’Aurel est également très largement consacré comme meilleur film d’animation (51% des votes).

Récemment récompensé du Prix Louis-Delluc, Adolescentes triomphe dans la catégorie du meilleur documentaire (45%). Le film de Sébastien Lifshitz est également récompensé pour son montage.

En se plongeant dans la France des années soixante, la comédie de Matin Provost, La Bonne Épouse, est saluée pour ses décors et ses costumes.

Le prix de la meilleure première oeuvre revient quant à lui au film de Manele Labidi, Un divan à Tunis.

Bien que nommé à pas moins de douze reprises, le thriller solaire de François Ozon, Été 85, ne parvient pas à s’imposer dans ce palmarès. Même si le prix de la meilleure musique, qui revient à La nuit venue, lui échappe d’extrême justesse (27% contre 26%). Tout comme le prix du meilleur espoir masculin où Félix Lefebvre et Benjamin Voisin recueillent respectivement 19% et 25% des suffrages. Insuffisant pour s’imposer face à la révélation de Miss, Alexandre Wetter, qui comptabilise 26% des votes.

On note également les absences des films de Maïwenn et Filippo Meneghetti, ADN et Deux, malgré leurs quatre nominations respectives.

Ne reste plus qu’à attendre la cérémonie officielle pour savoir dans quelles proportions le vote des exploitants aura été prémonitoire.