Roselyne Bachelot précise les conditions de réouverture des salles

Il y a 2 mois
La ministre de la Culture s’est longuement exprimée à l’Assemblée nationale, le 3 mai au soir.
Roselyne Bachelot

Lors d’une séance à l’Assemblée nationale, le 3 mai, portant sur la stratégie de réouverture des lieux de culture dans le cadre de la pandémie de Covid-19, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a précisé le cadre de la reprise des salles de cinéma.

Celle-ci a d’abord rappelé que la reprise sera possible, le 19 mai, avec une jauge de 35% selon une limite de 800 spectateurs. Une jauge portée à 65% au 9 juin, puis levée au 1er juillet. Des fonds de compensation des billetteries sont prévus pour accompagner cette reprise progressive. “Nous sommes en discussion avec Bercy pour les calibrer précisément. (…) Et des choses seront affinées au cours des semaines qui viennent.” Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 9Md€ ont été débloqué pour soutenir la culture.

Le pass sanitaire, sous un format papier ou QR code, sera mis en place pour les lieux et événements accueillant plus de 1000 personnes, mais ne sera pas obligatoire pour accéder aux cinémas. On ne sait cependant pas quelle précaution devront être prises dans le cadre d’un festival de cinéma tel que celui de Cannes.

Le “mur de films”

Rappelant que , grâce aux soutiens de l’Etat, plus de 150 films ont pu se tourner depuis la reprise des tournages, Roselyne Bachelot a par ailleurs évoqué le “mur de film” de 150 titres française et 250 étrangers qui attendent de sortir et constitue “un véritable défi”. L’Autorité de la concurrence ayant permis une concertation temporaire entre distributeurs sur leurs calendriers de sortie, le CNC travaille actuellement à un accord cadre sur les sorties de film. Un accord qui sera complété par un aménagement temporaire à la chronologie des médias, déjà mis en place depuis le 1er avril, qui permet aux distributeurs de sortir leurs films “hors salles” en conservant les aides du CNC. La Médiatrice du cinéma devrait aussi publier une recommandation sur la question de la programmation. “Mais on sait déjà qu’un certain nombre de blockbusters américains ne sortiront pas dans la première période d’ouverture et laisserons quand même un créneau temporal très important pour la sortie des films français. En tout cas, le monde du cinéma est confiant sur la possibilité de gérer cette affaire.”

Enfin, la vente de confiserie dans les cinémas restera interdite “dans un premier temps”, mais la restauration extérieure aux salles pourra continuer selon les mêmes critères imposés à n’importe quel restaurant.