Unifrance dévoile sa nouvelle stratégie

17 juin 2022
L'organisme a tenu une conférence de presse dans ses locaux pour revenir sur ses actions des derniers mois.

Le 23 juin 2021, Unifrance et TV France International fusionnaient au sein d’une même association afin de renforcer la promotion du cinéma et de l’audiovisuel français à l’international. Un an plus tard, ce nouvel organisme souhaitait mettre en lumière ces actions au cours d’une conférence de presse organisée le jeudi 16 juin dans ses locaux.

À cette occasion, il a été rappelé que la nouvelle gouvernance d’Unifrance réunissait à ce jour plus de mille membres en son sein, producteurs, exportateurs et artistes des deux secteurs, recouvrant la grande diversité de la création française (courts et longs-métrages de fiction, œuvres audiovisuelles, documentaires, animation, séries, VR).

La fusion a permis à Unifrance de mutualiser et développer des actions transverses, comme ses traditionnels Rendez-vous de Paris, plus grand marché et press junket au monde consacrés au cinéma et, pour la première fois, à l’audiovisuel français.

Des salles internationales qui se replissent peu à peu

Au cours des deux dernières années, la crise sanitaire a mis à mal les deux secteurs et plus particulièrement celui du cinéma, fragilisé par la fermeture des salles et la perte d’habitude du public. Unifrance a ainsi adapté son soutien aux exploitants à travers le monde, en particulier les indépendants et a fait savoir que cette action se renforcerait dans les mois à venir.

Pour rappel, en 2021, ce sont 17,5 millions d’entrées pour les films français qui ont été recensées à l’international, avec pour leader le film d’animation de Samuel Tourneux, Le Tour du Monde en 80 jours.

Il semblerait que les cinémas du monde entier retrouvent peu à peu leurs spectateurs et que certains regagnent même leurs niveaux de fréquentation de 2019 notamment en Corée du Sud ou aux Pays-Bas. L’Allemagne, l’Italie, l’Espagne sont davantage à la peine. Le Royaume-Uni se redynamise autour de films porteurs anglo-saxons mais on y note le succès du film de Céline Sciamma, Petite Maman, avec 45 000 entrées. Aux Etats-Unis, ce même film a enregistré près de 100 000 entrées. Les dirigeants d’Unifrance ajoutent que festival Rendez-vous with French Cinema à New-York, co-organisé avec la Film Society of the Lincoln Center, a été un succès en mars dernier et a attiré un public jeune et renouvelé.  

Pour 2022, au regard des entrées des films français dans le monde à fin mai, Unifrance espère une hausse de 50% de la fréquentation par rapport à l’année passée. Et 2023  s’annonce être une année particulièrement importante avec des films français très attendu sur la scène internationale comme Astérix et Obélix : L’empire du milieu, de Guillaume Canet, et Les Trois Mousquetaires, de Martin Bourboulon.

L’offre française plébiscitée sur les plateformes

En 2021, la France était la 3ème cinématographie la plus représentée sur les plateformes de vidéo à la demande par abonnement avec 4,8% de leurs catalogues, derrière les productions étasuniennes et indiennes. À titre d’exemple, sorti de manière exclusive sur Netflix, Loin du périph, réalisé par Louis Leterrier et porté par le duo Omar Sy – Laurent Lafitte, est déjà le 5ème film non anglophone le plus visionné depuis la création de la plateforme. Par ailleurs, la France était la 1ère cinématographie non anglophone la plus visionnée sur Netflix au deuxième semestre 2021. Autre réussite, en avril 2022, la série HPI cumulait près de 175 millions de vues à travers le monde dans les 90 territoires où elle a été exportée.

Par ailleurs, alors que le festival d’Annecy se déroule actuellement, la France peut se féliciter d’être le premier producteur européen d’animation et le troisième au niveau mondial. L’animation est le premier « genre » à s’exporter avec 38% des ventes de programmes et 26 millions d’euros de recette sur les droits monde en 2020.

Une chaîne Youtube renforcée 

Pour accompagner sa nouvelle ambition en matière de diversification de ses actions et de sa stratégie numérique, Unifrance a bénéficié d’une dotation exceptionnelle du CNC de trois millions d’euros destinée à accompagner et sécuriser sa stratégie de fusion. À la fois pour développer de nouvelles actions de diffusion et une nouvelle politique éditoriale de contenus numériques.

Parallèlement aux chantiers en cours sur les nouveaux outils numériques, Unifrance compte devenir un média généraliste et institutionnel au service des professionnels et des publics à l’international afin d’étayer le désir de cinéma et de création audiovisuelle, tout en travaillant l’image de la créativité française auprès des publics du monde entier.

Actuellement, l’association travaille à redéfinir une stratégie éditoriale claire et lisible en fonction des supports et des cibles visés. Notamment par le développement de sa chaîne Youtube qui doit être renforcée et éditorialisée avec des rendez-vous diversifiés, réguliers et anticipés.