MIPTV : Avec « Squid Game », Dong-hyuk Hwang a « vécu l’enfer »

7 avril 2022
Le créateur de la série Netflix et sa productrice sont revenus sur la genèse et le succès mondial inattendu de leur projet.

Après un séjour aux Etats-Unis, Dong-hyuk Hwang, créateur et réalisateur de Squid Game était de passage au MipTV pour évoquer, aux côtés de sa productrice Ji-yeon Kim, directrice générale de Siren Pictures, la genèse de ce phénomène mondial inattendu. Outre-Atlantique, la série a collectionné les prix lors de la récente saison des récompenses, dont trois Screen Actors Guild Awards et un Golden Globe. Du jamais vu pour une série non-anglophone. Lors d’un déjeuner organisé par l’American Film Institute, Dong-hyuk Hwang a même reçu le plus beau compliment de sa vie de la part de son héros, Steven Spielberg. “Il m’a dit : “J’ai regardé votre série en trois jours. Je veux voler votre cerveau !””, rapporte le créateur de ce qui est désormais le plus gros succès de l’histoire de Netflix.

Une forme de consécration pour le réalisateur, qui a mis plus de dix ans à concrétiser son projet. “J’ai écrit cette histoire sous la forme d’un scénario de long métrage en 2009 et personne ne l’a aimé”, raconte Dong-hyuk Hwang. “Je n’avais aucun moyen de le faire produire alors il est resté sur le disque dur de mon ordinateur pendant 10 ans. Je savais que le moment finirait par arriver, et j’ai fait trois films entre-temps. »

Le sujet de la série – où des personnes en détresse financière sont prêts à jouer leur vie pour plus de 30 millions d’euros – a d’ailleurs été inspiré par ses propres problèmes à l’époque. “J’étais si pauvre. Mon premier film n’avait pas bien marché et mon deuxième scénario n’a pas trouvé de financement”, se souvient-t-il. “Je n’avais plus que cinq dollars dans mon compte en banque. J’ai essayé de retirer 10 dollars et l’opération m’a été refusée ! Je passais des heures dans un café spécialisé dans les bandes dessinées. Je lisais des comics japonais et regardais des films sur le thème de la survie. Et je me suis dit, pourquoi je ne ferai pas ma propre version du jeu de survie ?”

Il prépare un film “encore plus violent”

Pour Ji-yeon Kim, la série fonctionne surtout par la simplicité de son concept et la normalité de ses personnages. “Ce ne sont pas des héros très forts ou très intelligents”, estime-t-elle. “J’ai lu le script pour la première fois en 2018. Nous nous sommes dit qu’il serait meilleur sous forme de série. Nous sommes allés voir Netflix en premier et ils ont accepté.”

L’écriture et le tournage de la série ont représenté un véritable défi pour Dong-hyuk Hwang, qui a écrit et réalisé les neuf épisodes. “L’écriture a pris sept mois et le tournage huit. C’était comme faire un film de huit heures. Je l’ai appris à mes dépends”, lâche-t-il. “J’ai vécu l’enfer pendant deux ans et demi, c’est pourquoi Squid Game 2 sera sûrement ma dernière série.”
“Je dois écrire la saison 2 à mon retour en Corée et je suis inquiet, je n’en dors pas la nuit”, poursuit Dong-hyuk Hwang. “Je suis de retour au point de départ. C’est un travail difficile et solitaire.” Après Squid Game 2, qu’il espère livrer aux fans du monde entier avant la fin 2024, il se penchera sur son prochain projet : K.O. Club, un film “encore plus violent que Squid Game” et qui mettra en scène des meurtres de personnes âgées.

Image : Y. COATSALIOU / IMAGE&CO