La fiction française au firmament

Il y a 4 semaines
Dans son rapport annuel sur la fiction TV, le CNC met en lumière la progression de la production hexagonale, à l'inverse d'une fiction américaine en chute libre sur les chaînes traditionnelles.

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a présenté son étude sur la diffusion de la fiction à la télévision en 2020, qui analyse l’offre et la consommation du genre sur les chaînes nationales et en première partie de soirée sur les chaînes historiques (TF1, France 2, France 3, Canal+, M6, Arte). La crise sanitaire a eu un impact significatif sur la programmation de fiction, avec une réduction de l’offre – remplacée notamment par des films cinéma en rediffusion – et un recul de l’inédit accompagné d’une augmentation des rediffusions. Un bouleversement qui s’explique par la baisse du marché publicitaire, les redéploiements budgétaires pour financer d’autres programmes, l’interruption momentanée des tournages pendant le premier confinement ou encore les déprogrammations liées à des émissions spéciales.

Avec 36 202 heures de diffusion l’année passée, la fiction reste de loin le premier genre en termes d’offres et de consommation sur le petit écran. Elle représente 21,4% de l’offre (-0,4pt) et 22,4% de la consommation (-1,2pt). 787 soirées de fiction ont été diffusées en 2020, soit 27 soirées de moins par rapport à 2019. Le CNC remarque surtout la chute impressionnante de fiction américaine, qui a diminué de 40% en 10 ans (lire graphiques ci-dessous).

Le taux de fiction inédite, qui représente 69,9 % de l’offre de fiction, affiche une baisse historique (-8,5 pts par rapport à 2019), dont 60 % pour la fiction française (-9,6 pts) et 78,3 % pour la fiction étrangère (-8,1 pts). Côté formats, le 52 minutes représente 70% de l’offre, la part du 90 minutes restant plus élevée pour la fiction française (42,9% contre 15,2% pour la fiction étrangère). Les séries constituent 82,2% des soirées de fiction, dont 70,8% pour la fiction française et 91,8% pour la fiction étrangère. Parmi les 21 nouvelles séries françaises lancées en 2020, les deux tiers étaient des créations et le tiers restant des adaptations.

La fiction française monopolise surtout 95 des cent meilleures audiences de l’année écoulée, soit le meilleur résultat depuis quinze ans dans ce classement. L’audience de la fiction française est plus élevée que celle de la fiction étrangère sur toutes les chaînes à l’exception notable de M6. Toutes chaînes confondues, la meilleure audience fiction de 2020 est la première partie de l’unitaire de TF1 Pourquoi je vis (photo), qui a rassemblé 8,3 millions de téléspectateurs, soit 31,6% du public âgé de quatre ans et plus. Pour France 2, il s’agit d’un épisode de la série Candice Renoir (7,1 millions, 24,5%), et pour France 3 la collection Capitaine Marleau (8,3 millions, 31,8%). Canal+ a signé son meilleur score fiction avec la série humoristique La Flamme (1,1 million, 4,3% de PdA), tandis que M6 a performé avec la série états-unienne Why women kill (5,4 millions, 20,2%) et Arte avec la fiction Dérapages (2,7 millions, 10,6%), incarnée par Eric Cantona.

Le CNC note enfin que les feuilletons quotidiens réunissent chacun trois à quatre millions de personnes chaque jour en moyenne : 4 millions pour Ici tout commence (TF1), 3,8 pour Scènes de ménages (M6) et Un si grand soleil (France 2), 3,6 millions pour Demain nous appartient (TF1) et enfin 3,1 millions pour Plus belle la vie (France 3).

L’intégralité de l’étude du CNC est à consulter en suivant ce lien.