David Kessler, le directeur d'Orange Content, nous a quittés

4 février 2020
Directeur d'Orange Content depuis 2014, David Kessler est décédé. Il a exercé de nombreuses fonctions dans le public et le privé au cours de sa carrière.

 

David Kessler est décédé à 60 ans lundi 3 février. Directeur d’Orange Content depuis 2014, ce normalien, agrégé de philosophie et énarque (promotion Liberté, Egalité, Fraternité) a exercé de nombreuses fonctions dans le public comme dans le privé au cours de sa carrière.

 

Il a d’abord dirigé le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en 1996 et 1997. Spécialiste des questions culturelles, il a été nommé à Matignon conseiller culture et communication de Lionel Jospin entre 1997 et 2001, poste qu’il a à nouveau occupé sous François Hollande de mai 2012 à juin 2014.

 

Il a été directeur général du CNC de 2001 à 2004, avant de prendre la tête de France Culture de 2005 à 2008. De 2008 à 2009, David Kessler devient directeur général délégué de Radio France, où il est en charge de la stratégie et des contenus. Il devient par la suite conseiller chargé de la culture pour le maire de Paris, Bertrand Delanoë, pendant deux ans.

 

De 2011 à 2012, il est directeur du magazine culturel Les Inrockuptibles, ainsi que directeur de la publication de la version française du Huffington Post. Son parcours et sa relation avec les pouvoirs publics ont fait de lui un expert de l’économie du secteur culturel.

 

David Kessler était Chevalier de l’Ordre national du Mérite et père de trois enfants. Toute l’équipe d’Ecran total présente ses condoléances à sa famille.

 

Les hommages unanimes saluent la mémoire d’un expert de la culture

 

La disparition subite de David Kessler a suscité des réactions nombreuses et unanimes de tous les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, et du personnel politique qui l’ont côtoyé. Sur Twitter, Franck Riester, ministre de la Culture, s’est dit « Très triste d’apprendre la disparition de [son] ami David Kessler. Il nous laisse à tous le souvenir d’un homme brillant et passionné. Celui d’un amoureux de culture. Je pense à sa famille et à ses proches.« 

 

La commission sénatoriale de la Culture, de l’Education et de la Communication a salué la mémoire de David Kessler par l’entremise de sa présidente Catherine Morin-Desailly qui a exprimé « sa tristesse à l’annonce de [sa] disparition« . « Nous déplorons aujourd’hui la disparition d’un homme de culture, d’un grand serviteur de l’Etat et d’un infatigable défenseur de la création française« , a souligné Catherine Morin-Desailly.

 

Pour l’Académie des arts et techniques du cinéma, Alain Terzian a fait part de son « immense tristesse« , ajoutant « David Kessler a occupé brillamment les postes essentiels au sein du CSA, du CNC, de la Culture, de France Télévisions, de Radio France… Son parcours était exemplaire. »

 

Le CSA, dont David Kessler avait été le directeur général, a aussi dit sa « profonde tristesse » et rappelé que « sa parfaite connaissance des acteurs et des rouages du secteur en faisait l’un des experts les plus reconnus et les plus respectés pour sa hauteur de vue, la pertinence de ses analyses et l’acuité de sa vision stratégique« .

 

D’autres témoignages ont été présenté sur Twitter, Dominique Boutonnat, président du CNC : « Il a tant fait, sa vie durant, (…) pour que nous vivions dans un monde meilleur, plus civilisé, ouvert. Son intelligence et son infinie bienveillance nous manqueront irrémédiablement. » ; Stéphane Richard, PDG d’Orange : « (…) David était un homme de culture et de passion, un être délicieux et un ami très cher. » ; Sibyle Veil, PDG de Radio France : « (…) ancien directeur de @franceculture et subtil connaisseur de l’audiovisuel [il] a toujours défendu la transmission des savoirs et l’ouverture d’esprit. » 

 

Pierre Lescure, président du Festival de Cannes : « Adieu à David Kessler… Avec amitié et affectueusement. » ; Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6 : « (…) au delà de l’amitié, c’était un homme de grande culture au regard bienveillant. » ; Maxime Saada, président du directoire du Groupe Canal + : « (…) un homme de culture et de dialogue, véritable amoureux de cinéma.« 

 

Serge Toubiana, président d’UniFrance, a lui, sur Facebook, témoigné : « Cet homme a toujours servi noblement la culture, dans ses différentes fonctions. (…) Il a tant fait, ici ou là, dans ses multiples fonctions (radio, presse, Ville de Paris, cinéma et audiovisuel) pour faire que la culture ait toute sa place dans l’espace public. David était un ami très cher, un être doux et lumineux, intelligent et indispensable à beaucoup d’entre nous. Nous n’aurons que des regrets.« 

 

Les adhérents de l’Union des producteurs de cinéma (UPC) disent avoir appris « avec une profonde tristesse » la disparition soudaine de David Kessler : « Il laissera le souvenir d’un homme généreux, empreint de convictions et d’humanité« . Pour le Syndicat des producteurs indépendants (SPI) : « A toutes les étapes de son parcours, David Kessler a été un partenaire privilégié de la création française (…). Nourri de culture, avec un appétit permanent pour la création, une vitalité gourmande pour les arts et avant tout le cinéma, David était une personnalité à la fois profondément libre dans ses engagements et ouverte au dialogue. » L’Union syndicale de la production audiovisuelle (Uspa) et le Syndicat des producteurs de films d’animation (SPFA) ont témoigné leur « grande émotion » : « Homme de culture d’une grande humanité, doté d’un véritable sens de l’Etat et de l’intérêt collectif, il a joué un rôle essentiel dans ses différentes fonctions tout au long des 25 dernières années pour promouvoir l’exception culturelle française et construire les industries du cinéma et de l’audiovisuel« .

 

Les producteurs du Spect (Syndicat des producteurs et créateurs de programmes audiovisuels) ont fait part de leur « très grande tristesse et [leur] plus vive émotion » et ont salué la mémoire « d’une des grandes personnalités du monde des médias des 25 dernières années. Véritable humaniste, David était doté d’une immense culture au service de l’intérêt général. » « L’envergure que la profession lui a unanimement reconnue dans tous les postes prestigieux qu’il a occupés est le plus bel hommage que l’on puisse rendre a son engagement en faveur des industries de l’audiovisuel et du cinéma« , a ajouté le Spect.

 

« Très grande tristesse » également pour les producteurs de l’API (Association des producteurs indépendants) après le décès de celui « qui a toujours su défendre avec conviction, finesse et talent la culture, le cinéma et l’audiovisuel à tous les postes qu’il a occupés. Son intelligence et son humour manqueront à tous.« 

 

La Fédération nationale des éditeurs de films (FNEF) pointe que « tout au long de sa brillante carrière, David Kessler s’est engagé avec talent et passion dans la promotion et la défense de la culture« . La FNEF rappelle aussi les échanges toujours constructifs qu’elle a pu avoir avec lui, notamment lorsqu’il dirigeait le CNC, mais aussi dans le cadre de ses missions de conseiller à la culture auprès du Premier ministre et, plus tard, auprès du président de la République.

 

La Fédération nationale des cinémas français (FNCF) exprime sa « grande émotion » à l’annonce du décès de David Kessler, « ami des salles, homme de cinéma et homme de culture, en un mot un homme libre ». « Sa générosité et son intelligence auront marqué son action dans les postes qu’il a occupés. » La Fédération des industries du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia (Ficam) a rendu hommage « à la hauteur de ce grand homme de médias, qui, tout au long de sa carrière, a su œuvrer en faveur de l’intérêt supérieur du secteur de la Culture« . Les producteurs du Syndicat des agences de presse télévisées (Satev), par la voix de leur président Christian Gerin, ont exprimé leur « grande tristesse » et pointé « une carrière exemplaire » : « Il laisse le souvenir d’une grande intelligence et d’un humanisme bonhomme« .

 

Le Forum des images a exprimé son émotion et sa « profonde tristesse » à l’annonce de la disparition de celui qui avait présidé de l’institution parisienne d’octobre 2008 à juillet 2009. « David Kessler a accompagné, avec son intelligence et sa générosité, les nouvelles orientations du Forum des Images, à sa réouverture en décembre 2008. Sa compréhension des enjeux culturels demeure associée à une période déterminante de l’histoire du Forum et son empreinte perdure jusqu’à aujourd’hui.«