Oscars 2023 : les surprises et les oublis

Il y a 5 jours
Mardi matin à 5h30 (14h30 en France) ont été annoncées les nominations aux 95e Oscars, une tradition qui donne lieu à des réjouissements autant qu’à des déceptions, selon les attentes de chacun.
Everything Everywhere All at Once

Si les Oscars de l’année passée ont récompensé les films des streamers (CODA sur Apple TV+, The Power of the Dog sur Netflix, Belfast sur Amazon), ceux de cette année privilégient les blockbusters (Top Gun : Maverick avec Paramount, Black Panther : Wakanda Forever avec Disney, Elvis avec Warner, The Fabelmans avec Universal), ce qui peut s’expliquer par les années de pandémie obligeant le public à rester chez lui par opposition au retour en salle des films à grand spectacle en 2022.

La cérémonie des nominations s’est déroulée au Samuel Goldwyn Theater, la salle de cinéma du siège central de l’Academy of Motion Pictures Arts & Sciences (AMPAS) en plein Beverly Hills avec, pour la première fois depuis 2016, un public de journalistes et d’attachés de presse. Riz Ahmed et Allison Williams en étaient les présentateurs. On se souvient de Riz Ahmed dans Sound of Metal, pour lequel il avait été nominé pour un Oscar en 2021, et Allison Williams qui s’était fait remarquée dans Get Out, Oscar du meilleur scénario original en 2018, et star du film d’horreur M3gan, qui fait un carton aux Etats-Unis en ce moment. C’est donc dans une atmosphère décontractée que les deux acteurs ont lu les nominations, qui dans l’ensemble s’alignaient avec les choix des autres Award Shows, mais avec quelques surprises et quelques oublis.

Les Évidences

Le film qui a remporté le plus de nominations (11), c’est Everything Everywhere All At Once, réalisé par « les Daniels » (Daniel Scheinert et Daniel Kwan, qui avaient réalisé Swiss Army Man), une histoire chaotique se déroulant dans le multivers mêlant famille, philosophie et science-fiction. L’héroïne, Evelyn, jouée par Michelle Yeoh, nominée aussi pour la 1ère fois dans la catégorie Meilleure actrice, est une immigrée venue de Chine qui souffre d’un TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) et qui veut construire une nouvelle vie avec l’homme qu’elle aime. Son mari est joué par Ke Huy Quan, nominé comme Meilleur acteur, qui avait joué dans Indiana Jones et le Temple Maudit et Les Goonies dans les années 80, mais qui avait été oublié depuis. Un come-back dont Hollywood raffole. Everything Everywhere All at Once a été le film favori de nombreux critiques de cinéma, et n’a donc pas été une grande surprise.

Les deux films suivants, All Quiet on the Western Front (A l’Ouest, rien de nouveau) et Les Banshees d’Inisherin ont reçu chacun 9 nominations et là encore, sont sur les listes de nombreux critiques. Elvis arrive ensuite avec 8 nominations, suivi du film de Steven Spielberg (nominé comme meilleur réalisateur), The Fabelmans (7 nominations), Tár et Top Gun : Maverick récoltant 6 nominations chacun. Autre choix évident : la nomination de Cate Blanchett comme Meilleure actrice pour son rôle de cheffe d’orchestre avant-gardiste dans Tár, une performance jugée par tous comme remarquable.

Les Blockbusters

Exceptionnellement, des blockbusters comme Top Gun : Maverick, Black Panther : Wakanda Forever et Elvis figurent à un titre ou un autre au palmarès, une fois n’est pas coutume. L’Academy n’est en effet pas connue pour choisir les films les plus populaires au box-office, préférant généralement des œuvres plus obscures que le public ignore très souvent (par exemple, La liste de Schindler, Leaving Las Vegas ou Slumdog Millionaire).

Les Oubliés

En revanche, un film à grand spectacle comme Babylon de Damien Chazelle (La La Land) n’a pas été retenu, même avec des stars comme Brad Pitt et Margot Robbie, toutes deux absentes des nominations. Le film, qui décrit les début d’Hollywood dans les années 1920, avec ses excès et ses dépravations, a-t-il été rejeté parce que l’industrie du cinéma n’aime pas qu’on explore la face sombre de son histoire ? L’explication plus probable repose sur la critique sévère du film accusé de longueurs et donnant trop dans l’outrance, même si certaines scènes ont visé juste. Le public aux Etats-Unis a d’ailleurs boudé le film au box-office, dommage pour ses acteurs qui avaient très bien tiré leur épingle du jeu.

Autre oublié parmi les réalisateurs, James Cameron qui a obtenu trois nominations (Meilleur film, Meilleurs effets spéciaux et Meilleur production design) pour Avatar : La Voie de l’eau. Il devra se contenter des deux milliards que le film a déjà rapporté au box-office. De même ont été ignorées Viola Davis, star de The Woman King, un film qui a pourtant gagné plus de 100 millions de dollars en salles et Danielle Deadwyler, pour le film Till, qui s’était bien placé en début de saison. Mais l’essoufflement est un facteur à prendre en considération. Certains regretteront aussi l’absence de Paul Dano comme Meilleur second rôle dans The Fabelmans. Enfin, il faut noter l’absence de Tom Cruise parmi les Meilleurs acteurs, même s’il figure indirectement parmi les nominés en tant que producteur de Top Gun : Maverick.

Les Surprises

L’Academy a retenu des noms ignorés par la plupart des autres Award shows. Ana de Armas, pour son interprétation de Marilyn Monroe dans Blonde, a enfin été nominée dans la catégorie Meilleure actrice, de même que Andrea Riseborough pour le film To Leslie, œuvre pratiquement inconnue du grand public. Autre surprise : l’inclusion de Women Talking parmi les meilleurs films de l’année. L’histoire – un groupe de femmes mennonites s’isolent après avoir été droguées et sexuellement agressées – n’était pourtant pas particulièrement attractive. Surprise dans la catégorie Meilleur rôle masculin : Paul Mescal, considéré comme un outsider pour son interprétation de père de famille dans Aftersun, fait maintenant partie des 5 nominés, aux côtés d’acteurs reconnus comme Austin Butler (Elvis), Colin Farrell (Les Banshees d’Inisherin), Brendan Fraser (The Whale) et Bill Nighy (Living).

Deux autres surprises, cette fois dans la catégorie Meilleur second rôle masculin : Judd Hirsch, nominé pour son jeu remarquable dans The Fabelmans, un acteur pourtant ignoré des autres Award shows, et Brian Tyree Henry, qui jouait auprès de Jennifer Lawrence dans Causeway, un acteur lui aussi souvent sous-estimé. Dans la catégorie Films étrangers (maintenant dénommée « Films internationaux »), si All Quiet on the Western Front et Argentina, 1985 sont les grands favoris, il faut noter que Close de Lukas Dhont (Palme d’Or 2022), représentant la Belgique, a été retenu, au détriment peut-être de la sélection argentine Bardo, fausse chronique de quelques vérités, qui figurait pourtant sur de nombreuses listes.

Telles sont les nominations des 95e Oscars - avec leurs surprises et leurs oubliés - dont on découvrira les gagnants le 12 mars prochain, dans une cérémonie qui aura lieu, comme les années passées, au Dolby Theater en plein cœur d’Hollywood. C’est Jimmy Kimmel, de retour après 4 années d’absence, qui sera le présentateur. On verra alors si cette cérémonie sera largement regardée ou souffrira du même déclin dont souffrent tous les Award shows.

Claude Budin-Juteau, correspondant d’Écran Total à Los Angeles