Les Français restent friands de films de patrimoine

2 novembre 2022
Le CNC a interrogé 1.587 Français âgés de 18 ans et plus pour connaître leur consommation d’œuvres cinématographiques de patrimoine.
CNC étude films patrimoine

Le CNC a publié, mercredi 2 novembre, son étude sur les films de patrimoine qui a été présenté dans le cadre du festival Lumière et du Marché international du film classique (MIFC), le 20 octobre dernier à Lyon. Signée par Cécile Lacoue, directrice des études, des statistiques et de la prospective du CNC, l’étude les Films de patrimoine : leur diffusion et leurs performances confirme l’intérêt fort des Français pour les films de patrimoine et la première place de la télé comme moyen de visionnage. Elle montre également le développement de l’offre et de la consommation en VàDA et l’importance des films de patrimoine pour la vidéo physique, même si la vidéo physique représente désormais moins de ventes en volume qu’en TVàD-EST.

Seul un spectateur sur cinq connaît une plate-forme VàD spécialisée

L’étude s’appuie sur un sondage en ligne réalisé auprès du panel Toluna du 30 septembre au 2 octobre, soit une échantillon de 1.587 Français âgés de 18 ans et plus. Parmi les enseignements principaux, on retiendra que près des 89% des sondés ont regardé des films de patrimoine en 2022 (86% en 2021). La consommation de films de patrimoine est d’abord motivée par l’envie de les revoir ou de voir un film culte pour 67% de l’échantillon (74% chez les 50 ans et plus). Les personnes interrogées montrent une connaissance limitée des plates-formes de VàD spécialisées : seuls 24% des répondants déclarent connaître au moins une des plates-formes de vidéo à la demande spécialisées ou proposant un large catalogue de films de patrimoine ; Gaumont Classique étant la plus connue – taux probablement surdéclaré et porté par la notoriété de la marque Gaumont, Gaumont Classique ayant été lancé le 10 mai 2022 note l’étude du CNC. En 2021, 30% des films exploités en salle avaient plus de 20 ans, soit 1.856 films de patrimoine, cumulant 1,3 million d’entrées (1,4% du total des entrées salle) et 4,8 M€ de recettes. Cette fréquentation d’œuvres de patrimoine l’année passée affiche un retour au niveau prépandémie.

3.500 films de patrimoine disponibles sur les services VàDA en juin

Du côté de l’exploitation vidéo, les supports physiques cumulent 5 millions d’unités vendues en 2021 (+ 9 % vs. 2020), pour 5.146 films de patrimoine différents vendus. La part de marché est en progression depuis 2018, le film de patrimoine résistant mieux à la chute du marché physique, note l’étude du CNC. Ces ventes physiques comptent pour 30% des ventes en vidéo contre 10% en vidéo à la demande à l’acte. La part de marché est plus importante en EST (« Electronic Sell Through », vente par voie électronique) qu’en TVàD (vidéo à la demande transactionnelle). Le CNC estime que les films de patrimoine représentent un tiers de l’offre cinéma des services de VàDA (vidéo à la demande) : plus de 3.500 films de patrimoine étaient disponibles sur les principaux services VàDA en juin 2022 (+36,2 % par rapport à 2021 et +88,6 % par rapport à 2020). Ces films de patrimoine représentent 16,9 % de la consommation de films sur les plates-formes de vidéo à la demande par abonnement, contre 18,1 % en juin 2021 et 15,3 % en juin 2020.

L’étude complète les Films de patrimoine : leur diffusion et leurs performances (43 pages, format PDF) est disponible en ligne sur le site du CNC.