Dominique Boutonnat reconduit à la tête du CNC

20 juillet 2022
Emmanuel Macron a nommé, sur recommandation de la ministre de la Culture, Dominique Boutonnat pour un deuxième mandat de trois ans.
Dominique Boutonnat

Sur proposition de la ministre de la culture, Emmanuel Macron a reconduit Dominique Boutonnat à la tête du CNC pour un second mandat de trois ans lors du conseil des ministres de ce mercredi 20 juillet.

En poste depuis 2019, son bilan divise au sein de la profession. Il y a quelques jours, la Société des réalisateurs de films a reproché à l’ancien producteur de mener « une politique ouvertement libérale et trop souvent court-termiste, s’appliquant à démanteler petit à petit ce puissant outil de régulation », et à revoir la gouvernance de l’organisme.

De son côté, Pascal Rogard, directeur général de la SACD trouve cette reconduction « logique et normale » : « Il a fait du bon travail à la tête du CNC. Je sais qu’il a été accusé d’être trop libéral mais il n’a pas sensiblement modifié les aides. Au contraire, le CNC a été très actif pendant la crise et Dominique Boutonnat a fortement contribué à la mise en place du fonds d’indemnisation pour la reprise des tournages. »

Dominique Boutonnat est également sous le feu des critiques pour être resté en poste après sa mise en examen pour des accusations d’agression sexuelle, qu’il conteste. Dans une lettre adressée à Rima Abdul Malak, la ministre de la culture, publiée ce mercredi matin, le Collectif 50/50 affirmait qu’il était « impossible de proposer que l’actuel président du CNC […] soit nommé pour un nouveau mandat ».

« Si la présomption d’innocence perdure, la justice considère à ce jour que les accusations de violences sexuelles portées contre M. Boutonnat ne sont pas fantaisistes », ajoute le communiqué.