Les Lumières sacrent « L’événement » et « Annette »

17 janvier 2022
La 27ème cérémonie des Lumières a récompensé le long métrage d’Audrey Diwan du prestigieux prix du meilleur film tandis que la comédie musicale de Leos Carax remporte trois trophées.

Les Lumières de la presse internationale ont officiellement lancé la saison des grandes cérémonies du cinéma sur Canal+ ce lundi 17 janvier 2022. À l’instar de la précédente édition, celle-ci se déroulait une nouvelle fois sur un plateau de télévision. Initialement, une cérémonie officielle devait se tenir sur la scène de l’Olympia mais la situation sanitaire a contraint les équipes de Canal+ à revoir leurs projets. Elles ont à nouveau privilégié une émission animée par la journaliste cinéma de la chaîne, Laurie Cholewa.

Mais cela n’a pas empêché l’Académie des Lumières de célébrer comme il se devait la dernière riche année du cinéma français qui a une nouvelle fois brillé par sa diversité et son éclectisme, d’une adaptation foisonnante de l’œuvre de Balzac avec Illusions Perdues à une plongée glaçante dans la condition féminine de la France des années 60 avec L’événement en passant par une comédie musicale entrainante avec Annette.

Ce sont justement ces deux longs métrages qui s’avèrent être les grands gagnants de la soirée. Déjà récompensé du prestigieux Lion d’Or à la Mostra de Venise puis du Grand Prix et du Prix de la critique au Festival International de Saint-Jean-de-Luz, le film d’Audrey Diwan est justement récompensé du prix de la meilleure œuvre de l’année. Sa jeune comédienne principale, Anamaria Vartolomei, qui porte toute l’histoire sur ses épaules, se voit directement attribuer le prix de la meilleure actrice, à seulement 23 ans.

De son côté, la comédie musicale de Leos Carax avait fait sensation au dernier Festival de Cannes où elle avait fait l’ouverture et d’où elle était repartie avec le prix de la mise en scène. Nommé à quatre reprises, le film remporte pas moins de trois trophées pour le moins prestigieux (meilleure réalisation – meilleure photographie – meilleure musique).

À l’inverse, bien que leader des nominations où il concourrait initialement dans cinq catégories, le film de Xavier Giannoli est « seulement » récompensé pour son scénario. Également présenté en compétition officielle à Venise, cet opus Balzacien aura été le plus important succès du cinéma art et essai dans les salles françaises en 2021 où il a séduit près de 850 000 cinéphiles. Un score qui pourrait encore évoluer dans les prochains jours avec la tenue du Festival Télérama.

Par ailleurs, bien que faisant également parti des favoris alors qu’il était nommé à quatre reprises, Onoda, 10 000 nuits dans la jungle ne repart sans aucun prix.

Des récompenses qui reflètent la variété du cinéma français

D’autres œuvres se voit récompensées à une seule reprise mais le nombre important de films différents présents à ce palmarès témoigne de la volonté de l’Académie des Lumières de mettre en avant la diversité des propositions cinématographiques françaises des derniers mois.

Ainsi, Benoit Magimel reçoit le prix du meilleur acteur pour sa prestation dans le mélodrame d’Emmanuelle Bercot, De son vivant, où il incarne un jeune homme condamné par la maladie et qui tente de partir le plus dignement possible. Le film avait été présenté en hors compétition au Festival de Cannes après avoir connu une production complexe, entachée par deux suspensions de tournage.

Bien que lauréat de la Palme d’Or, Titane n’était pas malheureusement nommé dans les catégories principales. Le film de Julia Ducournau est néanmoins récompensé du prix de la meilleure révélation féminine, attribué à Agathe Rousselle.

Autre film cannois, Les Magnétiques voit son jeune comédien Thimotée Robart recevoir le prix du meilleur espoir masculin. Le premier long métrage de Vincent Maël Cardona avait été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs où il avait été honoré du prix SACD avant de recevoir le prix d’Ornano-Valenti au Festival de Deauville.

Lauréat du label Cannes 2020, Gagarine, de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, est désigné comme le meilleur premier film de l’année. Après avoir gagné le prix d’interprétation féminine à Cannes, Julie (en 12 chapitres), de Joachim Trier, est pour sa part désigné comme la meilleure coproduction internationale.

Concernant le cinéma d’animation, c’est l’adaptation du manga de Jiro Taniguchi par Patrick Imbert, Le Sommet des Dieux, qui triomphe dans cette catégorie.

Enfin, le film de Marie Amiguet et Vincent Munier, La Panthère des Neiges, est auréolé du prix du meilleur documentaire alors qu’il connaît actuellement un très important succès dans les salles françaises où il vient de dépasser la barre symbolique des 400 000 entrées.

La prochaine cérémonie qui célébrera le cinéma français sera bien évidemment celle des César. À voir si le palmarès des Lumières aura été annonciateur des prochains succès de cette 47ème cérémonie qui se déroulera le 25 février et sera retransmise en direct et en clair sur Canal+. Les nominations sont d’ores et déjà attendues pour le 26 janvier.

Meilleur Film :

  • L’événement, d’Audrey Diwan (Rectangle Productions – Wild Bunch)

Meilleure Mise en scène :

  • Leos Carax pour Annette (CG Cinéma – UGC)

Meilleur Scénario :

  • Xavier Giannoli pour Illusions Perdues (Curiosa Films – Gaumont)

Meilleure Actrice :

  • Anamaria Vartolomei pour L’événement

Meilleur Acteur :

  • Benoît Magimel pour De son vivant (Les Films du Kiosque – Studiocanal)

Meilleure Révélation Féminine :

  • Agathe Rousselle pour Titane (Kazak Productions – Diaphana)

Meilleure Révélation Masculine :

  • Thimotée Robart pour Les Magnétiques (Easy Tiger – Srab Films – Paname)

Meilleur Premier Film :

  • Gagarine, de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (Haut et Court)

Meilleure Coproduction Internationale :

  • Julie (en 12 chapitres), de Joachim Trier (Memento – MK2)

Meilleure Image :

  • Caroline Champetier pour Annette

Meilleure Musique :

  • Ron Mael et Russell Mael (Sparks) pour Annette

Meilleur Documentaire :

  • La Panthère des Neiges, de Marie Amiguet et Vincent Munier (Paprika Films – Haut et Court)

Meilleur Film d’Animation :

  • Le Sommet des Dieux, de Patrick Imbert (Julianne Films – Wild Bunch)