Festival de Cannes 2021 : Que la fête (re)commence !

Il y a 3 mois
Annulé en 2020, le Festival de Cannes s’apprête enfin à accueillir de nouveau les spectateurs et les professionnels pour célébrer les films et le cinéma.

Elles avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour maintenir leur événement planétaire, mais les équipes du Festival de Cannes avaient bien été contraintes de renoncer à la tenue physique de leur 73ème édition. Dans un geste de solidarité et de générosité, elles avaient tout de même apporter leur soutien à l’industrie en attribuant un label « Cannes 2020 » à plusieurs dizaines de productions internationales, dont certaines ne sont d’ailleurs pas encore sorties en salles.

Cette fois ci, nous y sommes ! Après des mois angoissants de confinements successifs, l’heure est venue pour la profession de se rassembler et de célébrer le 7ème Art dans la cité cannoise. Si de nombreuses incertitudes planent encore quant aux événements qui pourraient se dérouler ou non, ainsi que sur le nombre de festivaliers qui seront présents ou pas, les auteurs et les films seront, eux, plus que jamais, au centre de toutes les attentions. Il y en aura pour tous les goûts, toutes les cinéphilies.

Déjà prévues pour une présentation au Théâtre Lumière l’année dernière, les œuvres de grands cinéastes internationaux comme Leos Carax (Annette), Wes Anderson (The French Dispatch) ou Paul Verhoeven (Benedetta) seront enfin dévoilées. Une nouvelle fois, le Festival démontre sa fidélité à des auteurs qu’il a accueilli à de nombreuses reprises dans sa compétition officielle, de Nani Moretti (Tre Piani) à Jacques Audiard (Les Olympiades – Paris 13ème) en passant par François Ozon (Tout s’est bien passé) et Asghar Farhadi (Un héros). Pour autant, Thierry Frémaux et son comité de sélection n’ont pas hésité à inviter de nouveaux venus qui ont précédemment brillé dans des sélections parallèles. À commencer par la nouvelle ambassadrice du cinéma de genre français, Julia Ducournau, qui concourt pour la Palme d’Or avec son deuxième film, Titane, après avoir triomphé avec Grave à la Semaine de la Critique en 2016.

De son côté, la sélection Un Certain Regard se recentrera sur un jeune cinéma de recherche en accueillant principalement des premiers films du monde entier. Un travail de prospection qui s’avère plus que jamais au cœur de la mission de la Semaine de la Critique dont la sélection s’avère parfaitement paritaire, et même légèrement plus féminine. La Quinzaine des Réalisateurs retrouvera pour sa part l’esprit de ses débuts en mettant en avant des films dits de découverte, avec des propositions de cinéma très radicales. 

Par ailleurs, en plus d’avoir rassemblé un jury officiel qui donne toute sa place à la parité et qui s’avère présidé par un réalisateur noir, Spike Lee, dont la filmographie a toujours défendu les injustices qui frappent les minorités, le Festival de Cannes s’inscrit dans une démarche écologique bienvenue en période de pandémie. À cette occasion, en plus d’avoir initié toute une série de mesures éco responsables, le Festival s’apprête à inaugurer une section événementielle dédiée à des films pour le climat. Une belle manière pour la manifestation de démontrer qu’elle est désormais pleinement connectée aux enjeux environnementaux et sociétaux contemporains.