« Le monde du cinéma n’en finit pas de s’interroger sur son avenir »

L’économie actuelle du cinéma exige d’adapter les modes de prescription à la diffusion de productions audiovisuelles de qualité sur de multiples écrans, explique l’universitaire Joëlle Farchy dans une tribune au « Monde », qui pointe le décalage entre une offre infinie et des spectateurs déboussolés.

Contenu reservé aux abonnés