En Algérie, les professionnels du cinéma se disent « au bord de l’asphyxie »

La dissolution du fonds de développement de l’industrie cinématographique porte un coup très dur au septième art algérien.

Contenu reservé aux abonnés