Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Livres et Adaptations : Coup pour Coup


Une sélection d’histoires sur la vengeance, un thème indiscutablement propice à la création de personnages extrêmes et troublants, tout sauf binaires, qui perturbent les dichotomies habituelles entre le bien et le mal, la victime et le coupable, la raison et la folie.

 

DES POIGNARDS DANS LES SOURIRES, Cécile Cabanac (Fleuve, 2019)

 

François, un homme d’affaires violent et manipulateur, disparaît. Sa femme Catherine, qui rêvait d’une vie meilleure sans son mari, ne signale pas sa disparition. Elle suppose qu’il l’a abandonnée, elle et leurs enfants, pour partir avec une maîtresse. Peu après, la police trouve un corps mutilé dans un champ. Lorsque François est identifié, les enquêteurs décident de ne pas alerter Catherine de la mort de son mari, car elle est la principale suspecte. Ils comptent la manipuler pour qu’elle finisse par se trahir elle-même. Au cours de l’enquête, il apparaît que François avait de nombreux rivaux et ennemis, jusque dans sa propre famille…

 

UNE MORT OBSÉDANTE, Ruth Rendell (Viking, 1994)

 

Retiré dans une grande maison délabrée du Suffolk, face à la mer, Tim rédige son histoire, hanté par un fantôme. Trois ans plus tôt, ce jeune homme sensible et talentueux qu’on disait promis à un bel avenir d’écrivain, a connu la passion avec Ivo, un homme plus âgé que lui. Mais la passion peut se transformer en haine, surtout quand une femme s’en mêle, qu’on a besoin d’argent et qu’on ne sait pas très bien qui on est. Au cours d’un voyage, Tim assassine son amant et va se réfugier en Angleterre. Personne ne se doute du crime, mais les remords l’assaillent jusqu’à l’obsession. Bientôt, il croit devenir fou quand lui arrivent des lettres anonymes relatant des naufrages et des survies miraculeuses.

 

PAR LES RAFALES, Valentine Imhof (Le Rouergue, 2018)

 

Elle se fait appeler Alex, ou Sacha selon les circonstances, mais c’est sous le nom d’Alexis Fjærsten que les polices d’Interpol la recherchent. Car elle parcourt le monde avec la manie de laisser derrière elle des cadavres d’hommes. Tueuse en série Alex ? Pas vraiment, car avant d’exercer sa violence, Alex l’a d’abord subie. C’était à l’époque où elle travaillait en free-lance pour divers médias. À cause d’une simple balade en Louisiane, dans le bayou, pour admirer les paysages. C’est là qu’a eu lieu l’agression. Séquestrée, violée, et presque achevée. Presque. Juste ce petit souffle de vie et de rage pour l’arracher à la mort, tuer deux de ses agresseurs, le vieux porc et un de ses rejetons. Et fuir. Les flics, mais surtout cet autre fils qui ne lâchera rien pour l’éliminer.

 

COMMENT JE ME SUIS NOYÉ, Serge Quadruppani (Gallimard, 1995)

 

Quand il voit trois hommes vêtus de combinaisons vertes et portant des masques à gaz s’introduire dans sa chambre d’hôtel pour tuer la femme de sa vie, Boris pense qu’il délire. Le lendemain, il se réveille une seringue dans le bras et June morte à ses côtés. Alors il va faire ce qu’il a toujours su faire le mieux : frapper des flics, tuer des mafieux russes, étrangler des espions italiens, commettre un hold-up et réaliser qu’il a mis le pied dans un merdier ultra technologique et extrêmement mortel. Mais cette fois-ci, Boris -l’ancien flic qui n’a désormais plus rien à perdre- est résolu à aller jusqu’au bout pour solder les comptes. Quitte à mourir noyé. Mais pas tout seul.

 

AIR CONDITIONNÉ, Marc Vilrouge (Le Seuil, 2002)

 

Dans une chambre d’hôpital, un garçon meurt lentement. L’entreprise qui l’employait naguère, un grand groupe d’édition situé dans une tour de la Défense, a négocié son départ lorsque les stigmates de la maladie sont devenus trop visibles. Cette gifle morale a eu raison de ses dernières forces. L’homme qui reprend son poste est son amant. Il s’est fait embaucher pour comprendre. Aussi pour venger. Il découvre des individus, mais surtout un système de gestion des ressources humaines dont le circuit de canalisation d’air conditionné devient à la fois le symbole et la métaphore. C’est par là que l’homme attaquera le système, livrant la tour aux attaques furieuses d’une nuée de mouches.

 

 

Share Button