Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Festival d’Angoulême : Jour 2 (accès libre)

La 11e édition du FFA entre dans le coeur du sujet en lançant la compétition et ses avant-premières.


 

Le premier temps fort de la journée a incontestablement été l’inauguration de la salle éphémère de L’Eperon, cinéma mythique d’Angoulême, désaffecté depuis 1996 et réhabilité le temps du FFA. L’émotion était tangible lors de la cérémonie de réouverture, la salle de 255 places était pleine, beaucoup de spectateurs ont attendu debout que la projection du premier film de la compétition soit lancée.

 

C’est Charlotte a du fun de la québécoise Sophie Lorain qui a eu cet honneur, devancé par le court-métrage écolo-responsable Hybrids du quintette de jeunes réalisateurs : Florian Brauch, Kim Tailhades, Matthieu Pujol, Yohan Thireau et Romain Thirion (production : Mopa).

 

Dans la journée, les 12 films de la compétition et les courts-métrages qui les précèdent à chaque fois ont tous été projetés une première fois, et le seront chaque jour jusqu’à samedi inclus.

 

Les rétrospectives consacrées à Jacques Deray, Jacques Doillon ou au cinéma haïtien ont elles aussi débuté aujourd’hui.

 

Mais, ce sont surtout les avant-premières qui ont fait sensation. La première indignation a été sociale avec la diffusion des Invisibles, le troisième film de Louis-Julien Petit, révélé en 2015 au FFA avec Discount, alors récompensé du Valois du public. Pour cette adaptation du livre que Claire Lajeunie a consacré aux femmes qui vivent dans la rue, Sur la route des Invisibles, le réalisateur a réuni à nouveau l’actrice Corinne Masiero, l’acteur Pablo Pauly et la productrice Lisa Benguigui (Elemiah) qui le suit depuis ses débuts. La famille de ses interprètes s’est élargie à Audrey Lamy, Deborah Lukumuena (César du Meilleur Second Rôle avec Divines d’Houda Benyamina), Noémie Lvovsky ou Brigitte Sy. C’est désormais Apollo Films, la société de François Clerc qui le distribue. Elle a d’ailleurs organisé une campagne de marketing plutôt visible basée sur des tee-shirts blancs ornés d’un énorme smiley et portant au dos le titre du film. La sortie France des Invisibles est fixée au 9 janvier 2019.

 

La deuxième a plutôt joué sur la nostalgie. Michel Blanc est venu avec son équipe presque au complet présenter Voyez comme on danse, une sorte de suite à son quatrième film, Embrassez qui vous voudrez, réalisé il y a 15 ans. Plusieurs des personnages de ce vaudeville inspiré de Vacances anglaises de Joseph Connolly retrouvent ainsi leur rôle, confronté à de nouvelles affres familiales ou financières. C’est l’occasion de retrouver Charlotte Rampling et Jacques Dutronc, mais surtout Karin Viard, par ailleurs présidente du jury de ce 11e FFA, Carole Bouquet, Jean-Paul Rouve, venus accompagner le film devant le public angoumoisin. UGC distribution le sortira le 10 octobre 2018.

 

C’est toutefois Edmond d’Alexis Michalick qui, pour sa première projection publique, a récolté le plus de suffrages. Pour sa première réalisation au cinéma, le metteur en scène phénomène, multi-récompensé aux Molière, a fait l’unanimité en portant à l’écran la genèse de l’écriture de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand avec Olivier Gourmet, Thomas Solivérés et Mathilde Seigner dans les rôles principaux. Une standing ovation d’une dizaine de minutes a accueilli le film que Gaumont distribuera le 9 janvier prochain et qui devrait être un des événements du début  2019.

 

Cette deuxième journée s’est conclue de manière très politique avec l’avant-première du Poulain, le premier film du dessinateur de BD Mathieu Sapin. Produit par Pyramide et Bac Films, cette descente dans les arcanes du pouvoir portée par Alexandra Lamy et Finnegan Oldfield, distribué par Bac Films, sortira le 19 septembre prochain.

 

Véronique Le Bris

 

Share Button