Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Ces Français qui font Netflix : interview exclusive de Sara May, Damien Couvreur et Diego Buñuel

 

Pour la première fois, Sara May, Damien Couvreur et Diego Buñuel décryptent la stratégie de la plateforme américaine en France. Et en profitent pour tordre le cou à plusieurs idées reçues sur le géant de la SVàD.

 

A son arrivée en France en sep­tembre 2014, Netflix avait ouvert un premier bureau parisien constitué d’une poignée de collaborateurs char­gés du marketing et des relations presse. Un bureau rapidement fermé par la suite, le géant de la SVàD préférant fina­lement centraliser ses troupes dans son siège européen d’Amsterdam, un choix interprété comme un pied de nez à la réglementation hexagonale qui régit le secteur audiovisuel et ses acteurs tradi­tionnels.

 

Quatre ans et demi et 3,5 mil­lions d’abonnés plus tard, l’ouverture prochaine de nouveaux locaux français cet été consacre un profond revire­ment de stratégie. Près d’une trentaine de salariés, rapatriés des Pays-Bas ou recrutés pour l’occasion, y oeuvreront aux destinées de l’antenne française du service, désormais un marché priori­taire pour la firme.

 

Une compagnie où les Français sont désormais justement représentés avec trois profils (détaillés en fin d’interview, NDLR) présidant à ses destinées : trois représentants du savoir-faire français qui ont choisi Ecran Total pour leur première prise de parole commune, tordant le cou au passage à quelques mythes tenaces concernant le géant américain.

 

Avec son modèle novateur, Netflix est régulièrement au centre de toutes les conversations, mais ses représentants s’expriment très rarement. Pourquoi choisir de parler aujourd’hui ?

 

Damien Couvreur : Parce que cela nous tenait à coeur que tout le monde puisse mettre un visage sur les respon­sables des contenus français. On nous perçoit trop souvent comme une com­pagnie américaine sans aucune pré­sence physique. Or ce n’est pas vrai, et ça va l’être de moins en moins à partir de cet été et l’ouverture de nos bureaux français !

 

Diego Buñuel : Nous voulons aussi montrer que nous ne venons pas de nulle part et que notre parcours dans le métier nous offre une certaine légiti­mité. Nous ne prenons pas de décisions créatives sans raison : chacun à notre niveau, nous avons gravi les étapes, échelon par échelon. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de bien com­prendre le marché international et de parfaitement connaître le marché fran­çais. Cette expérience, nous l’apportons désormais à Netflix afin de créer des projets novateurs.

 

Netflix suscite un mélange de fascination et de méfiance chez les acteurs traditionnels du secteur audiovisuel. Pour vous, il est important de démystifier cette image ?

 

D.C. Exactement. On lit tellement de choses complètement fausses… Il y a souvent un double discours entre ce que certains peuvent nous dire en face-à-face et la position qu’ils expriment publiquement. Pourtant les choses sont simples : nous sommes une petite équipe de Français travaillant pour une entreprise globale, dont la mission ac­tuelle consiste à lancer du contenu local un peu partout dans le monde. Et donc de monter des équipes qui ont l’exper­tise nécessaire dans les pays visés.

 

Notre tâche, c’est de construire une relation efficace avec les acteurs locaux : que les producteurs aient plaisir à travail­ler avec nous comme nous de travailler avec eux. Et nous apprenons encore à travailler ensemble, parce que c’est aussi nouveau pour eux que pour nous !

 

Quasiment tous les projets sur lesquels nous travaillons, Sara, Diego ou moi, sont des premières. Nous sommes vrai­ment dans une logique de début d’expé­rience, de constitution de nos équipes, avec une approche pragmatique, à l’écoute de tous les partenaires du mar­ché français.

 

Sara May : Contrairement à cer­taines rumeurs qui veulent faire croire que ce sont des robots qui lisent les scé­narios à notre place, notre démarche reste assez classique à beaucoup d’égards !

 

Si le mode de consommation est effectivement nouveau, et que nous nous y adaptons avec une nouvelle fa­çon de travailler pour acheter et créer du contenu, nous ne réinventions pas la roue : nous lisons les scénarios, avec des paramètres objectifs, un certain affect et une expérience propre qui entrent en ligne de compte dans nos décisions.

 

Que représente pour Netflix le marché français ?

 

D.B. La France représente au­jourd’hui une très grande opportunité parce qu’elle dispose d’une industrie audiovisuelle démesurée par rapport à la taille du pays, et donc d’un nombre considérable de talents créatifs avec qui travailler.

 

Notre but, c’est de porter la création originale française à l’inter­national et de créer du contenu qui plaise aux Français, et ensuite, de leur offrir une fenêtre à l’international. Pour cela nous disposons d’arguments qui séduisent les créateurs : 140 millions d’abonnements, soit quelque chose comme 400 millions de téléspectateurs potentiels !

 

Les retours des producteurs ou réalisateurs français qui travaillent avec nous sont incroyables. Regardez Plan coeur, qui connaît un grand succès jusqu’au Brésil ou en Argentine… C’est quelque chose qui auparavant était inenvisageable avec une telle rapidité et une audience aussi large. La France a beaucoup à apporter à Netflix, et Netflix a beaucoup à apporter à la France.

 

D.C. La conviction que nous parta­geons, c’est que nous croyons au conte­nu local. Une belle histoire française peut voyager partout dans le monde, et c’est une opportunité de marché inespérée pour les créateurs français. 

 

La France a une culture forte, avec des usages audiovisuels ancrés depuis des décennies, et c’est à nous de trouver…

 


 

Retrouver l’intégralité de cette interview exclusive sur ce lien suivant : https://ecran-total.fr/exclusif-netflix-devoile-sa-strategie.   

 

Vous pouvez également acheter le numéro 1221 d’Ecran total, dans lequel se trouve cette interview exclusive de quatre pages, sur le kiosque à l’adresse suivante : https://kiosque.ecran-total.fr/produit/n1221-netflix-presente-sa-strategie-pour-la-france/

 

Share Button