Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Entretien avec Jamila Yahia Messaoud

“Un marché naissant voit naître plusieurs acteurs, puis des concentrations”


 

La directrice des départements télécom, cinéma, comportement média et ad’hoc de Médiamétrie, expose sa vision du marché de la SVoD, VoD à partir de l’étude VoD 360.

 

Quel est le profil du consommateur de SVoD, et le genre le plus visionné ?

 

C’est un profil masculin plutôt jeune avec une forte présence des 6-14 ans et de leurs parents, les 25- 34 ans ainsi que les 15-24 ans car c’est une pratique accessible en termes de budget. Les CSP+ sont aussi représentés et ceux qui vivent dans les grandes agglomérations. 62% des consommateurs apprécient les films et 57 % les séries. Les policiers, les thrillers, films d’espionnage arrivent en tête des genres les plus plébiscités. Les films d’animation sont également très appréciés car les enfants aiment voir et revoir leurs films préférés.

 

La vidéo à l’acte (location, achat définitif) semble moins porteuse que la SVoD, pourquoi ?

 

C’est plus cher mais chaque pratique présente un intérêt pour le consommateur. La VoD est concurrencée par l’offre importante et diversifiée de catch-up gratuite. Le consommateur décide d’aller vers la VoD après avoir fait le tour de l’offre gratuite. L’arbitrage se fait donc à la fois en terme financier et de temps disponible. Il y a aussi le problème de l’offre illégale du téléchargement ou du streaming. Il ne faut pas se le cacher. Que ce soit pour la VoD ou la SVoD, il n’y a pas une explosion des usages. Pour que cela soit le cas, il faudrait que plusieurs facteurs soient réunis. Pour la SVoD, une chronologie des médias modifiée pour permettre de rendre disponible des contenus plus récents. Il y a aussi le problème d’agrégation des contenus, de packaging de l’offre. L’utilisateur apprécierait un seul point d’entrée pour se retrouver dans l’offre. Certaines saisons d’une série peuvent être détenues par une chaîne et/ou par une plateforme.

 

Le lancement de Zive marque l’arrivée d’un nouvel acteur, la nouvelle direction de Vivendi et de sa filiale Canal+ va revoir son offre de SVoD… La multiplication des offres va-t-elle favoriser un équilibre économique du marché ?

 

Dans tout marché naissant, il y a toujours plusieurs acteurs. Puis, progressivement, on assiste à des concentrations. C’est difficile à prévoir, mais on peut imaginer des mouvements qui concerneraient des rachats de sociétés, ainsi que l’arrivée d’acteurs majeurs du secteur avec plus de moyens pour structurer l’offre actuelle. Des repositionnements d’offres existantes sont également possibles. Il faut aussi tenir compte de la volatilité du marché de la SVoD en raison des abonnements sans engagements et un prix quasi-similaire pour toutes les plateformes.

 

Share Button