Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Congrès des Exploitants 2019 : Les « Pygmalionnes »  se dévoilent à Deauville

 

 

Programmateur au cinéma Majestic de Compiègne, Quentin Delcourt est actuellement au congrès de Deauville où il attendait particulièrement les premiers mots du président du CNC, Dominique Boutonnat, à l’attention des exploitants : « Après l’avoir entendu, je pense que c’est un homme efficace et l’on en a vraiment besoin. Il faudra voir sur le long terme mais il semble être à l’écoute et dans l’action. C’est ce que l’on a pu voir au moment où il a annoncé vouloir aider à produire un film autour de la lutte sur le piratage. On attend cela depuis des années. J’espère qu’il saura instaurer un rapport de confiance avec les jeunes exploitants et qu’il veillera à la qualité des œuvres françaises, notamment quand il annonce qu’il souhaite un retour fort des scénaristes en France ».

 

En plus d’assister aux différents débats publics, Quentin Delcourt attend de découvrir les line-up des distributeurs afin de repérer de potentielles œuvres pour les deux prochains festivals qu’accueillera le cinéma Majestic. Tout d’abord, le 18ème festival du film de Compiègne qui se déroulera du 5 au 10 novembre et qui aura pour thème les grands destins. Y seront notamment sélectionnés J’accuse (Gaumont Distribution), de Roman Polanski, ou encore Proxima (Pathé), en présence de la réalisatrice, Alice Winocour.

 

Par ailleurs, la troisième édition du festival Plurielles se déroulera du 6 au 17 mars 2020 dans le multiplexe compiégnois. Un nouveau partenaire majeur soutient la manifestation : la BNP Paribas. S’y tiendra pour la première fois une compétition officielle, avec un jury 100 % féminin.

 

Un premier film distribué par Alba

 

Quentin Delcourt sera sur la scène du Congrès lors de la journée des distributeurs pour y présenter les premières images de son premier long métrage, Pygmalionnes, un documentaire où des femmes travaillant à de nombreux postes de l’industrie du cinéma se confient sur leurs parcours.

 

Il s’agit aussi bien d’exploitantes (Isabelle Gibbal-Hardy – présidente des CIP), d’agents artistiques (Elizabeth Tanner – Agence Time Art), de réalisatrices (Nathalie Marchak) ou de comédiennes (Hafzia Herzi) : « l’idée m’est venu lorsque j’ai organisé la première édition du festival Plurielles en 2018. On était en plein dans l’affaire Weinstein et l’avènement de MeToo. Je voulais faire intervenir quelques amies actrices pour qu’elles témoignent sur ce sujet pendant la manifestation. Puis je me suis dis qu’il serait plus intéressant d’en faire un film qui dépasserait la question du harcèlement sexuel et qui s’ouvrirait sur la question de la parité dans toutes les composantes de la société ».

 

Le film a été autoproduit le réalisateur lui même via sa société créée pour l’occasion, Irrix Films, en collaboration avec Marie-Chrétien Franceschini (La Cerise sur le Gâteau) : « j’ai été contraint d’adopter ce modèle de production car si des producteurs se sont montrés intéressés par mon projet, ils ont tous chercher à m’imposer une liste de personnes dites « bankables ». Ce qui n’était pas ma démarche. Je voulais filmer librement les femmes qui m’intéressaient afin que mon film reflète la société française actuelle et le jeune cinéma français en plein essor ».

 

Pygmalionnes sortira sur une trentaine de copies le 22 janvier 2020. Il sera distribué par Alba Films. Une entité de production qui vient d’ouvrir une section de distribution. L’avant première officielle aura lieue au Forum des Images à Paris, le mardi 12 novembre en présence d’Anne Hidalgo. Une tournée province sera également organisée tout au long du mois de janvier.

 

Parallèlement à la sortie du film, un livre sera également édité. Il s’intitulera Pygmalionnes, le pari fou et retracera les contenus complets des entretiens avec chaque Pygmalionne.

 

Share Button