Mot de passe oublié
Cancel

Rss

Cannes 2018 : Le cinéma fait son grand retour à l’Institut du monde arabe



Douze ans après la dernière Biennale des cinémas arabes à Paris, en 2006, le cinéma renaît à l’Institut du monde arabe (Paris Vᵉ) avec le premier Festival des cinémas arabes, qui se déroulera du 28 juin au 8 juillet. Responsable du cinéma pour l’IMA, Layane Chawaf est à l’origine de cette nouvelle manifestation qui proposera une compétition, que ce soit pour les longs et courts métrages que le documentaire, et a présenté son programme lors d’une conférence de presse au Festival de Cannes, sur la pavillon du Liban, le 15 mai. "Depuis la dernière édition de la Biennale des cinémas arabes, le cinéma avait presque disparu de l’Institut, rappelle Layane Chawaf. En arrivant à sa tête en 2013, Jack Lang a tenu à réinstaller le cinéma, avec plus d’activité, comme des petits festivals ou des semaines thématiques. Jusqu’à la création de ce nouvel événement".


Hiam Abbass, actrice et réalisatrice palestinienne, a été désignée présidente d’honneur et le jury pour la compétition fiction sera composé de Faouzi Bensaïdi, réalisateur et acteur marocain ; Jacques Bidou, producteur français, Amine Bouhafa, compositeur tunisien ; Fatima Al-Banawi, actrice et artiste visuelle et plasticienne saoudienne ; Mohamed Hefzy, producteur et président de Festival égyptien ; Salim Kechiouche, acteur algérien ; et Véronique Lange, monteuse belge.

 

Deux rencontres professionnelles


Cette première édition, qui présentera plus de 70 films, proposera également hommage aux cinéastes Jean Chamoun et Mahmoud Zemmouri, mais aussi un regard sur le cinéma saoudien qui est en train de prendre son envol, avec une première présence au Festival de Cannes cette année. Deux rencontres professionnelles sont également au programme ; la première s’articulera autour des résidences et ateliers d’écriture en Europe et dans le monde arabe, la seconde autour de l’industrie cinématographique palestinienne. Un atelier d’écriture de scénarios courts métrages sera organisé avec Cinephilia Short Lab. Destiné aux porteurs de projets des deux rives de la Méditerranée, un prix couronnera le meilleur scénario à la fin de l’atelier. Un second atelier, Talents en court, De l’écrit à l’écran, organisé avec le département Courts métrages du CNC, sera dédié aux jeunes autodidactes désireux de découvrir les différentes étapes d’un film. Le festival proposera également une séance jeune public ainsi que des projections hors les dans plusieurs salles parisiennes, en banlieue et en province.

 

Les longs métrages en compétition


Benzine, de Sarra Abidi (Tunisie), première française


Fan of Amoory, d’Amer Salmeen Al Murry (Emirats Arabes Unis), première mondiale


Heaven Without People, de Lucien Bourjeily (Liban), première parisienne


Jahiliya, de Hicham Lasri Maroc) (2017)


• Jusqu’à la fin des temps, de Yasmine Chouikh (Algérie, Emirats Arabes Unis), première française


Kiss Me Not, d’Ahmed Amer (Egypte), première parisienne


Lhajjates, de Mohamed Achaour (Maroc), première européenne


Mon tissu préféré, de Gaya Jiji (Syrie, France), actuellement présenté à Cannes dans la section Un Certain Regard


Photocopie, de Tamer Ashry (Egypte), première parisienne


Sofia, de Meryem Benn’Barek (Maroc)


The Journey, de Mohamed Jabarah Al Daradji (Irak, Qatar, France, Pays-Bas, Royaume-Uni), première française


The Reports on Sarah and Salim, de Muayad Alayan (Palestine, hors compétition)


Un homme et trois jours, de Joud Saïd (Syrie), première mondiale

 

Share Button